You are currently viewing Un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères rencontrera le cinéaste pour la détention de ses enfants mineurs à Pak

Un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères rencontrera le cinéaste pour la détention de ses enfants mineurs à Pak

  • Post author:
  • Post category:News


Un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères rencontrera le cinéaste pour la détention de ses enfants mineurs à Pak

La pétition indiquait en outre que le visa de visite accordé aux deux enfants avait expiré en octobre 2021.

Bombay :

Le ministère des Affaires étrangères (MEA) a déclaré lundi à la Haute Cour de Bombay qu’un officier de son bureau principal des passeports et des visas rencontrerait le producteur de films Mushtaq Nadiadwala, qui a affirmé que ses deux fils mineurs avaient été illégalement détenus par sa femme et sa famille pakistanaises. depuis 2020.

La MEA a fait la présentation devant un tribunal de division composé des juges NM Jamdar et NR Borkar.

Le tribunal entendait une déclaration soumise par M. Nadiadwala demandant des instructions au gouvernement indien pour faciliter le retour en toute sécurité de ses deux enfants mineurs, un fils de 9 ans et une fille de 6 ans, qui seraient illégalement détenus. . Au Pakistan. Le plaidoyer de culpabilité demandait également le retour de sa femme si sa famille la gardait dans le pays voisin sous influence indue.

Lundi, le procureur général supplémentaire Anil Singh et l’avocat Ashish Chavan, comparaissant au nom de la MEA, ont pris le temps de déposer un affidavit en réponse à la pétition, car elle soulève une situation particulière et a déclaré que le gouvernement ne considérait pas la pétition comme un adversaire (en conflit). ) pétition.

Le tribunal a ensuite noté que, puisque le gouvernement ne prenait pas l’affaire de manière contradictoire, un agent de la MEA pouvait rencontrer le requérant et lui donner une audition et lui expliquer quelles mesures peuvent être prises dans une telle situation.

“Au moins, le requérant (M. Nadiadwala) serait également satisfait. Cela ne doit pas nécessairement passer par le tribunal. Impliquez-le (M. Nadiadwala) également et faites-lui savoir quelles mesures vous avez prises ou l’intention de prendre dans son cas”, a commenté le juge Jamdar.

M. Singh et M. Chavan ont accepté la suggestion et ont déclaré que le secrétaire adjoint du département en chef des passeports et des visas de la MEA donnerait une audition au cinéaste pour comprendre les mesures prises par le gouvernement dans de tels cas.

L’avocat de Nadiadwala, Beni Chatterji, a déclaré au tribunal que son client souhaitait d’abord que le gouvernement localise ses enfants et signale s’ils sont en sécurité.

Le tribunal a alors renvoyé l’affaire pour une nouvelle audience le 12 septembre.

M. Chatterji a également informé le tribunal que M. Nadiadwala est très affligé parce que son père, AG Nadiadwala, est décédé le 22 août sans même connaître ses petits-enfants.

Nadiadwala, dans son plaidoyer, a déclaré que le gouvernement central avait manqué à son devoir de protéger et de ramener les enfants, qui sont des citoyens indiens et sont illégalement détenus au Pakistan.

La pétition indiquait en outre que le visa de visite accordé aux deux enfants avait expiré en octobre 2021.

Le cinéaste a allégué que ses enfants avaient été illégalement détenus au Pakistan par sa femme Maryam Chaudhary et sa famille.

Nadiadwala a affirmé que sa femme avait refusé de retourner en Inde et a également refusé de fournir une raison plausible pour le quitter.

Selon la pétition, M. Nadiadwala a épousé Maryam Chaudhary en avril 2012 au Pakistan, après quoi sa femme a déménagé en Inde et a demandé la citoyenneté indienne. Plus tard, le couple a eu deux enfants.

En novembre 2020, Mme Chaudhary a quitté l’Inde pour le Pakistan avec les deux enfants.

En février 2021, elle a déposé une demande de tutelle à Lahore pour être nommée tutrice légale des deux enfants, qui a été acceptée par un tribunal de la ville pakistanaise.

M. Nadiadwala, dans sa requête, a allégué que Mme Chaudhary avait peut-être subi un « lavage de cerveau ou la contrainte » à prolonger son séjour au Pakistan.

“La détention illégale d’enfants au Pakistan n’est pas seulement une dérogation flagrante aux lois sur l’immigration des deux pays, mais est également principalement contraire au bien-être général et à l’éducation des enfants”, indique la pétition.

Le cinéaste a ajouté que les membres de la famille de sa femme étaient des personnes influentes au Pakistan.

(Cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et est automatiquement générée à partir d’un flux syndiqué.)



Source link