You are currently viewing Un cyberzar allemand licencié pour ses liens présumés avec la Russie (médias)

Un cyberzar allemand licencié pour ses liens présumés avec la Russie (médias)

  • Post author:
  • Post category:News


Les médias locaux avaient affirmé qu’un ancien espion russe avait peut-être infiltré un groupe de cybersécurité cofondé par Arne Schonbohm.

La ministre allemande de l’Intérieur, Nancy Faeser, aurait limogé le président de l’Office fédéral de la sécurité de l’information (BSI), Arne Schonbohm, selon DPA et Der Spiegel. Plus tôt ce mois-ci, les médias ont affirmé que le responsable aurait pu être en contact avec des agents de renseignement russes par l’intermédiaire d’un groupe de cybersécurité qu’il a cofondé il y a dix ans, qui aurait été infiltré par des espions russes.

Mardi, l’agence de presse allemande DPA a publié un article disant que Schonbohm avait été démis de ses fonctions. Der Spiegel a publié un article similaire, citant des sources de sécurité.

Selon les publications, le ministère de l’Intérieur engage une procédure disciplinaire contre l’ancien chef de BSI.

Schonbohm a été cité par Der Spiegel comme disant que “Vu qu’il n’y a pas eu de réponse aux plaintes, j’ai demandé l’ouverture d’une procédure disciplinaire pour clarifier les circonstances de l’affaire.”

Il a ajouté que jusqu’à présent, il ne savait pas “ce que le ministère a examiné et quelles sont les accusations précises portées contre moi.”

Lire la suite

Arne Schonbohm.
Le cybertsar allemand risque la destitution pour ses liens présumés avec la Russie (médias)

La semaine dernière, le tabloïd allemand Bild et la chaîne d’information ZDF ont rapporté que Faeser prévoyait de destituer le président du BSI.

Selon les médias, le Conseil allemand de la cybersécurité, que Schonbohm a cofondé en 2012, comptait parmi ses membres la société berlinoise Protelion. On pense qu’il s’agit d’une filiale de la société russe de cybersécurité OAO Infotecs, qui, selon le groupe de recherche Policy Network Analytics, a été fondée par un ancien employé du KGB.

Commentant les informations, le ministère allemand de l’Intérieur a publié une déclaration disant que “Il prend au sérieux les affaires signalées au cours du week-end et les enquête de manière approfondie.” 

Cependant, ZDF a déclaré qu’en vertu de la loi allemande, il est impossible de simplement licencier Schonbohm, et les autorités envisageraient un nouvel emploi pour lui ailleurs.

Le Conseil allemand de la cybersécurité a rejeté les allégations d’infiltration russe comme “absurde.” L’association insiste sur le fait que Protelion ne l’a rejoint qu’en 2020, et “Depuis lors, il n’y a pas eu de discussions ou de projets communs avec des représentants de l’entreprise.”

Berlin a accusé Moscou d’avoir attaqué son infrastructure numérique à plusieurs reprises, les dernières allégations faisant référence à de prétendues cyberattaques russes avant les élections générales de septembre 2021.

Moscou a nié à plusieurs reprises ces allégations.

 



Source link