You are currently viewing Plusieurs soldats morts et des civils portés disparus après l’attaque d’un convoi au Burkina Faso

Plusieurs soldats morts et des civils portés disparus après l’attaque d’un convoi au Burkina Faso

  • Post author:
  • Post category:News



Publié le:

Onze soldats ont été retrouvés morts et une cinquantaine de civils sont portés disparus après une attaque de militants islamistes contre un convoi de 150 véhicules transportant des fournitures vers une ville du nord du Burkina Faso, a annoncé mardi le gouvernement.

Vingt-huit personnes ont été blessées dans l’attaque, dont 20 militaires, selon le communiqué du porte-parole du gouvernement Lionel Bilgo. L’armée avait indiqué dans un précédent communiqué que des dizaines de camions avaient été détruits.

L’assaut a eu lieu dans la commune de Gaskinde, dans la province du Soum, où des jihadistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique ont intensifié les attaques et se sont emparés du territoire depuis 2015.

Les militants ont bouclé plusieurs zones, de sorte que les convois et les largages aériens du gouvernement ont livré des articles essentiels aux civils piégés.

Le convoi, qui était sous escorte militaire, transportait des fournitures vers la ville de Djibo, à un peu plus de 20 km (12 mi) de Gaskinde.

Une vidéo partagée en ligne montrait des personnes luttant pour récupérer des marchandises d’au moins une douzaine de camions en feu et un panache de fumée se propageant à travers les buissons.

Une autre vidéo montrait des foules accueillant des véhicules du convoi ayant survécu à l’attaque et atteint Djibo.

Reuters n’a pas été en mesure de vérifier les images.

Par ailleurs, des militants présumés ont incendié le bureau du maire et enlevé une personne dans la ville de Boni lundi soir, ont indiqué deux habitants et une source militaire.

Boni se trouve sur l’autoroute N1 qui relie la capitale, Ouagadougou, à la ville du sud-ouest de Bobo-Dioulasso, et est beaucoup plus au sud d’où la plupart des activités militantes ont eu lieu. Il se trouve à environ 10 miles (16 km) de Hounde, où se trouvent des mines d’or.

L’insécurité a augmenté dans le Sahel ouest-africain au cours de la dernière décennie alors qu’une insurrection islamiste qui a pris racine au Mali s’est propagée. Des milliers de personnes sont mortes et plus de deux millions ont été déplacées malgré la présence de troupes étrangères et de soldats de la paix des Nations Unies.

Les insurgés ont miné des routes, assiégé des villages, détruit des installations d’approvisionnement en eau et sapé les efforts de réapprovisionnement du nord et de l’est du Burkina Faso, de plus en plus isolés.

Au moins 35 civils ont été tués le 6 septembre lorsqu’un véhicule d’un convoi a heurté une bombe en bordure de route entre les villes du nord de Djibo et Bourzanga.

Les frustrations suscitées par la spirale de la violence ont provoqué un coup d’État militaire contre l’ancien président du Burkina Faso, Roch Kaboré, en janvier. Mais la junte militaire au pouvoir a également eu du mal à contrecarrer les attaques.

(Reuters)



Source link