You are currently viewing Pas de soulagement pour les automobilistes français alors que la grève du pétrole se durcit malgré la pression du gouvernement

Pas de soulagement pour les automobilistes français alors que la grève du pétrole se durcit malgré la pression du gouvernement

  • Post author:
  • Post category:News



Publié le: Modifié:

Les stations-service à travers la France manquaient d’essence lundi alors que la grève des travailleurs du géant de l’énergie TotalEnergies entrait dans sa troisième semaine malgré la pression du gouvernement pour négocier.

Selon les estimations officielles, environ 30% des stations-service ont manqué de tout ou au moins certains types de carburant, entraînant de longues files d’attente pour les automobilistes de plus en plus désespérés.

On espérait que la grève liée aux salaires chez TotalEnergies, l’une des plus grandes multinationales de l’énergie au monde, se terminerait rapidement après que la direction ait accepté dimanche de faire avancer les négociations salariales en échange du retour des travailleurs.

Mais le syndicat d’extrême gauche CGT a rejeté l’offre, accusant la direction de “chantage”.

Le syndicat exige une augmentation de salaire de 10% d’ici 2022, soulignant le bénéfice exceptionnellement élevé de TotalEnergies au premier trimestre de 10,6 milliards de dollars.

Le patron des raffineries européennes de TotalEnergies, Jean-Marc Durand, a répondu que “ce sont les Français qui font l’objet d’un chantage”.

>> La pénurie de carburant en France provoque la frustration des automobilistes et l’anxiété du gouvernement

Les débrayages se sont poursuivis lundi dans plusieurs raffineries, dont la plus grande de France près du Havre dans le nord du pays, et la CGT a renouvelé son appel à la grève jusqu’à mardi et étendu la grève à plus d’une dizaine de stations-service le long des autoroutes françaises.

Les travailleurs de la filiale française d’Esso-ExxonMobil étaient également en grève, bloquant deux raffineries.

Des membres du gouvernement français, dont la Première ministre Elisabeth Borne, ont appelé les deux parties à trouver rapidement un accord négocié, le président Emmanuel Macron intervenant lundi.

“Les confinements ne sont pas un moyen de négocier”, a déclaré Macron, appelant à “une conclusion rapide des négociations”.

Il a déclaré que la pénurie actuelle d’essence n’était pas liée à la guerre en Ukraine et “n’était pas l’œuvre du gouvernement”.

Borne, pour sa part, a déclaré qu’il espérait que “la situation s’améliorera au cours de cette semaine”.

La crise pétrolière survient dans un contexte de prix élevés de l’énergie et d’inflation qui minent le pouvoir d’achat des ménages français.

La coalition d’opposition de gauche Nupes a appelé dimanche à une “marche contre la vie chère” à Paris et ailleurs.

Au cours du week-end, plusieurs personnalités françaises ont soutenu l’initiative, dont la lauréate du prix Nobel de littérature de cette année, Annie Ernaux.

(AFP)



Source link