You are currently viewing Macron annonce un fonds de 100 millions d’euros pour que l’Ukraine achète des armes

Macron annonce un fonds de 100 millions d’euros pour que l’Ukraine achète des armes

  • Post author:
  • Post category:News


Publié le:

La France a créé un fonds, d’une valeur initiale de 100 millions d’euros (98 millions de dollars), pour que l’Ukraine achète directement les armes et autres matériels dont elle a besoin dans sa guerre contre l’envahisseur russe, a déclaré vendredi le président Emmanuel Macron.

“Nous créons ce fonds spécial et dédié initialement avec 100 millions d’euros pour permettre l’acquisition d’équipements que nous avons déjà livrés et que nous continuerons à le faire en termes d’armement, c’est-à-dire défensif”, a déclaré Macron après un sommet à Prague.

Il a ajouté que des pourparlers étaient en cours, notamment avec le Danemark, pour livrer à l’Ukraine des canons embarqués CAESAR de plus grande précision, en plus des 18 déjà livrés par la France.

“La France a fourni un soutien militaire à l’Ukraine dès le premier jour, avec des systèmes antichars et antiaériens individuels”, a déclaré Macron.

Le nouveau fonds, a-t-il dit, “permettra… de travailler également avec la base de l’industrie de défense française” et “démontre notre volonté d’agir en tant qu’Européens et de nous aligner sur cet effort collectif” pour aider l’Ukraine.

Le fonds augmenterait considérablement le soutien militaire que la France montre à l’Ukraine, sur les 233 millions d’euros promis jusqu’à présent, ce qui représente une fraction de ce que d’autres alliés ont alloué.

Les États-Unis sont le plus grand fournisseur militaire de l’Ukraine, avec 25 milliards d’euros, tandis que la Grande-Bretagne a fourni environ 4 milliards d’euros d’armes et d’équipements et la Pologne 1,8 milliard d’euros.

Les expéditions publiquement connues que la France a effectuées jusqu’à présent comprennent des missiles antichars et antiaériens, des véhicules blindés de transport de troupes, du carburant, du matériel d’infanterie et des canons d’artillerie remorqués, ainsi que les 18 précieux CAESAR.

Les pourparlers avec le Danemark seraient de détourner certaines unités CAESAR que Copenhague avait commandées vers la France.

“Un missile énergétique”

Les commentaires du président Macron sont intervenus après un sommet jeudi qui a réuni plus de 40 dirigeants pour lancer la Communauté politique européenne.

Lors d’une réunion informelle dans le cadre du sommet, les dirigeants européens se sont efforcés vendredi d’élaborer un plan pour lutter contre la hausse des coûts de l’énergie tout en luttant contre les retombées de la guerre de la Russie contre l’Ukraine lors d’un sommet à Prague.

Les dirigeants ont également discuté des moyens de mieux protéger leurs infrastructures critiques à la suite des fuites des gazoducs Nord Stream Russie-Europe qui ont été accusés de “sabotage”.

Mais ce sont de vifs désaccords sur la manière de faire face à la crise énergétique qui ont été au centre de l’attention alors que les 27 nations se disputaient sur le meilleur plan pour essayer de faire baisser les prix.

L’Europe est confrontée à une crise énergétique alors que le coût de la production d’électricité monte en flèche en raison d’une flambée massive des prix du gaz provoquée par la fermeture des robinets par la Russie.

“La Russie a lancé un missile d’énergie sur le continent européen et sur le monde”, a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel.

Macron a déclaré que l’hiver 2023/2024 sera encore plus rude que l’hiver prochain pour les Européens en matière d’approvisionnement en gaz.


Les gouvernements de l’ensemble du bloc s’efforcent de réduire les factures de leurs consommateurs, mais s’appuient sur différentes sources d’énergie et sont divisés sur les solutions.

La directrice générale de l’UE, Ursula von der Leyen, propose une “feuille de route” de mesures pour aider à alléger le fardeau, y compris des mesures possibles pour plafonner le prix du gaz.

Cependant, il n’y a pas de consensus sur la façon dont les limites pourraient fonctionner et les dirigeants ne sont pas prêts à prendre une décision ferme avant un sommet à Bruxelles plus tard ce mois-ci.

“Nous aurons beaucoup de travail cet automne et cet hiver et ce ne sera pas facile”, a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz.

(FRANCE 24 avec AFP et Reuters)



Source link