You are currently viewing L’UE prolonge le délai imparti à la Hongrie pour mettre en œuvre les réformes anti-corruption

L’UE prolonge le délai imparti à la Hongrie pour mettre en œuvre les réformes anti-corruption

  • Post author:
  • Post category:News



Publié le:

Le délai accordé par l’UE à la Hongrie pour prouver qu’elle a mis en œuvre des réformes anti-corruption pour débloquer des fonds du bloc a été prolongé jusqu’au 19 décembre, ont déclaré mercredi des diplomates.

La décision doit être officiellement adoptée par les États membres de l’UE.

Les États membres avaient initialement jusqu’au 18 octobre pour déterminer que Budapest avait apporté les modifications nécessaires pour recevoir 7,5 milliards d’euros (7,3 milliards de dollars) de financement de l’UE, ou pour prolonger le délai de deux mois.

L’économie hongroise est sous le choc, avec une inflation galopante et une monnaie en baisse, ce qui la laisse dans un besoin urgent d’argent de l’UE.

Le commissaire européen au budget, Johannes Hahn, a déclaré que les mesures proposées par la Hongrie pour réduire la corruption semblaient “en principe” suffisantes, si elles étaient correctement mises en œuvre.

Le gouvernement hongrois dirigé par le Premier ministre Viktor Orban a introduit 17 mesures pour répondre aux problèmes de corruption soulevés par Bruxelles.

Il s’agit notamment de créer une autorité indépendante pour mieux surveiller les dépenses de l’argent de l’UE, de donner aux citoyens un moyen de prendre en charge le fait que les procureurs enterraient les enquêtes sur la corruption devant les tribunaux et d’accroître la transparence du processus législatif.

La Commission européenne, chargée de protéger les traités de l’UE et de dépenser l’argent de l’UE, a lancé en avril une procédure contre la Hongrie qui pourrait conduire à une suspension des paiements pour violation de l’État de droit.

Il a souligné les irrégularités dans la manière dont les appels d’offres publics ont été attribués et le nombre inhabituel de soumissionnaires isolés pour ces contrats, ainsi que la mauvaise surveillance des conflits d’intérêts et le mauvais suivi des actions en justice en cas de suspicion de fraude.

En septembre, la commission a suggéré que le Conseil européen représentant les États membres de l’UE suspende 65 % du financement que la Hongrie recevrait de trois programmes, s’élevant à 7,5 milliards d’euros.

(AFP)



Source link