You are currently viewing L’ONU va nommer un observateur des droits de l’homme en Russie

L’ONU va nommer un observateur des droits de l’homme en Russie

  • Post author:
  • Post category:News


Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a voté la création d’un rapporteur spécial pour surveiller les droits de l’homme en Russie

Un responsable chargé d’enquêter sur les questions relatives aux droits de l’homme en Russie sera nommé, comme l’a décidé le Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Une résolution établissant le poste a été approuvée avec 17 voix pour, 6 voix contre et 24 abstentions.

La mesure était principalement soutenue par les nations occidentales et leurs alliés, comme la Corée du Sud ou le Japon. La Chine, la Bolivie, le Venezuela, Cuba, l’Érythrée et le Kazakhstan ont voté contre la résolution. Parmi ceux qui se sont abstenus figuraient le Brésil, le Mexique et l’Inde.

Le rapporteur spécial, qui n’a pas encore été nommé, aura pour tâche d’évaluer le niveau de respect des droits de l’homme en Russie. Le responsable de l’ONU devrait présenter son premier rapport sur la question lors de la prochaine session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et de l’Assemblée générale de l’ONU l’année prochaine.

C’est la première fois qu’un rapporteur spécial est envoyé pour surveiller la situation dans l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Cependant, des postes similaires ont été créés pour plus d’une douzaine d’autres pays, dont la Syrie, le Myanmar, l’Iran, la Corée du Nord, la Biélorussie et plusieurs pays africains.

Le rapporteur est généralement mandaté pour « examiner, surveiller, conseiller et rendre compte publiquement » sur les questions de droits de l’homme.

Un groupe de 20 ONG russes réclamant cette décision comprenait OVD-Info et le mouvement d’observation des élections « Golos ». OVD-Info est un groupe d’activistes axé sur la surveillance des activités de protestation et l’arrestation de manifestants en Russie. a été déclaré un “agent étranger” par les autorités russes. Le mouvement « Golos » a également été déclaré “agent étranger” et a interdit son site Web en Russie, pour avoir diffusé ce que les responsables ont appelé “faux” informations sur l’offensive militaire russe en Ukraine.


La Russie accusée de crimes de guerre en Ukraine

Un jour après que les organisations russes ont envoyé une lettre ouverte à l’organe des droits de l’homme de l’ONU, neuf ONG internationales, dont Human Rights Watch et Amnesty International, ont signé une lettre similaire. Les groupes ont accusé la Russie de « escalade de la répression, restrictions des opérations des organisations indépendantes de la société civile et suppression de l’espace civique », ajoutant que « Un suivi rigoureux de la situation des droits de l’homme en Russie est impératif.

Moscou n’a pas répondu à ces accusations et n’a pour l’instant pas commenté la décision de l’ONU. Début mars, la Russie a adopté une législation pour lutter contre ce qu’elle appelle les fake news. L’une de ces lois en particulier permet aux autorités d’imposer des amendes substantielles aux individus et entités pour avoir discrédité l’armée russe ou exigé des sanctions contre Moscou. Si une infraction entraîne “conséquences sérieuses”, l’auteur pourrait encourir une peine de prison pouvant aller jusqu’à 15 ans

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



Source link