You are currently viewing L’homme qui menaçait de tuer le Premier ministre a été sauvé de prison

L’homme qui menaçait de tuer le Premier ministre a été sauvé de prison

  • Post author:
  • Post category:News


L’homme a fait valoir qu’il était “absolument perdu” lorsqu’il a envoyé un e-mail à Jacinda Ardern de Nouvelle-Zélande.

La condamnation d’un homme emprisonné pour avoir envoyé des menaces de mort au Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern a été annulée mercredi car le jury qui l’a condamné ne savait pas suffisamment qu’il était “absolument gâché” à l’époque.

Michael Cruickshank a été condamné à 12 mois de prison en mars après avoir envoyé une série de courriels menaçants à Ardern. Cruickshank, qui avait envoyé 88 courriels similaires à des représentants du gouvernement les qualifiant de criminels et de terroristes, a déclaré à la police “Pour être tout à fait franc, je ne me souviens pas avoir envoyé d’e-mails… J’étais complètement ivre, donc il est possible que je l’aie fait”, Le Guardian a rapporté.

Un juge de la cour d’appel a statué mercredi qu’il y avait eu une erreur judiciaire dans l’affaire Cruickshank. Le verdict de culpabilité initial reposait sur le fait que le jury croyait que Cruickshank avait l’intention de mettre ses menaces à exécution, et le juge a statué que le jury ne savait pas que l’intoxication de l’homme indiquait qu’il ne le ferait pas.


Des manifestants encerclent le Parlement néo-zélandais

“La défense était que M. Cruickshank n’avait aucun souvenir d’avoir envoyé [the death threats]mais s’il les a envoyées, il n’a pas eu l’intention nécessaire principalement à cause de l’intoxication.” Le juge Simon France a écrit dans sa décision. “Il ne peut y avoir aucun problème que l’intoxication était au cœur de la défense.”

Dans l’un des e-mails qui l’ont amené au tribunal, envoyé en janvier 2020, Cruickshank a déclaré à Ardern qu’il “T’enlever personnellement de cette fichue planète” a rapporté le New Zealand Herald.

Alors que la campagne de rédaction de lettres de Cruickshank s’est déroulée de 2019 à 2020, la réponse draconienne d’Ardern à la pandémie de covid-19 plusieurs mois plus tard verrait le Premier ministre soumis à un déluge de courriers haineux et de menaces de mort. . Le nombre de menaces contre Ardern a triplé entre 2019 et 2021, la police affirmant que l’opposition à la confiscation de ses armes à feu et aux programmes de vaccination obligatoires était le moteur de la plupart des menaces.

D’autres messages consistaient simplement en “propos offensants, obscènes ou menaçants dirigés contre le Premier ministre”, dit la police.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



Source link