You are currently viewing Les travailleurs français des raffineries et des dépôts de carburant votent pour la poursuite des grèves

Les travailleurs français des raffineries et des dépôts de carburant votent pour la poursuite des grèves

  • Post author:
  • Post category:News



Publié le:

Les travailleurs des raffineries et des dépôts de carburant Esso-ExxonMobil et TotalEnergies dans la région nord de la Normandie en France ont voté mercredi la poursuite d’une grève pour des conflits salariaux malgré la menace du gouvernement d’utiliser la force pour ordonner au personnel de reprendre le travail alors que les pénuries de carburant font des ravages sur des millions d’automobilistes .

Une cinquantaine d’employés en grève de la raffinerie Esso-ExxonMobil ont voté à main levée pour poursuivre la grève alors même que le gouvernement menaçait de réquisitionner le personnel de certains dépôts d’essence alors qu’il s’efforçait de s’approvisionner après des semaines de grève, le mettant sur une trajectoire de collision . avec le syndicat dur CGT.

« Vous êtes tous dans le collimateur, le gouvernement veut nous obliger à reprendre le travail, nous lutterons contre une contestation claire du droit de grève. Nous attaquons frontalement notre droit de grève », a déclaré le porte-parole de la CGT, Christophe Aubert.

Les travailleurs de TotalEnergies dans les raffineries et les dépôts de carburant de la région flamande normande, ainsi que de la région ouest de la Loire-Atlantique, ont également voté mercredi la poursuite de la grève, selon des responsables de la CGT.

Le vote est intervenu alors que la Première ministre française Élisabeth Borne a déclaré mardi au Parlement que son gouvernement exigerait des travailleurs exploitant les dépôts d’essence de la filiale française d’ExxonMobil, Esso, et a menacé de faire de même pour ceux appartenant au groupe TotalEnergies.

Les grèves du carburant ont asséché les pompes dans diverses régions du pays, obligeant les conducteurs à faire la queue pour faire le plein des véhicules. Certaines stations-service ont également fermé temporairement en attendant les livraisons.

Environ 30% des stations-service en France connaissent une pénurie temporaire d’au moins un ou plusieurs types de carburant, a déclaré Borne. Il a appelé à un dialogue urgent entre les syndicats et la direction de l’entreprise, car les grévistes réclament des augmentations de salaire dans un contexte d’inflation dans le pays.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a qualifié mardi le déconfinement de “la seule solution”.

Une fois l’accès aux raffineries et aux dépôts devenu libre, il faudrait environ deux semaines pour que la situation pétrolière revienne à la normale, selon le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

‘Quel désastre’

Au milieu de perturbations massives, les automobilistes en France ont utilisé les médias sociaux pour échanger des conseils sur l’accès au carburant. Un message sur un groupe Facebook plus tôt cette semaine indiquait qu’une station-service BP locale ferait le plein “à 14h30”. Un autre a répondu: “Maintenant, il est 14h37 et ils n’ont plus de diesel.”

Un autre utilisateur a réagi: “Quel gâchis.”

La crise pétrolière survient dans un contexte de prix élevés de l’énergie et d’inflation qui minent le pouvoir d’achat des ménages français.

Les politiciens de l’opposition de gauche et d’extrême droite ont critiqué la position intransigeante du gouvernement contre les grévistes.

“Avec ce gouvernement, quand le dialogue cale, il y a des menaces sur les salariés et des caresses sur les patrons. Et pourtant, c’est la direction qui laisse la situation se dégrader”, a tweeté Manuel Bompard, député du parti de gauche La France Insoumise (LFI).

“Ils agissent comme si les gens ordinaires n’avaient pas d’importance”, a déclaré François Ruffin, également membre de LFI.

Jordan Bardella, président du parti d’extrême droite Agrupación Nacional, a déclaré que le gouvernement n’avait pas anticipé la crise, ajoutant que “les super-profits de Total et le salaire du président” rendaient les revendications des travailleurs “non déraisonnables”.

Plusieurs personnalités françaises ont manifesté leur soutien à la grève, dont la lauréate du prix Nobel de littérature de cette année, Annie Ernaux.

TotalEnergies a enregistré un bénéfice de 5,7 milliards de dollars au deuxième trimestre de l’année, soit plus du double du chiffre de l’année précédente.

La rémunération totale du PDG Patrick Pouyanne était de 5,9 millions d’euros en 2021, soit 52% de plus qu’en 2020, selon le rapport annuel du groupe.

(FRANCE 24 avec AFP et Reuters)



Source link