You are currently viewing Les étudiants et les travailleurs continuent de manifester en Iran malgré la répression

Les étudiants et les travailleurs continuent de manifester en Iran malgré la répression

  • Post author:
  • Post category:News



Publié le:

Les manifestants iraniens sont restés provocants lundi avec des étudiants organisant des sit-in et certains ouvriers de l’industrie en grève malgré les militants affirmant que la répression a fait des dizaines de morts et des centaines d’autres emprisonnés.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont indiqué que des manifestations ont éclaté dans divers quartiers de la capitale et d’autres villes ces derniers jours, des femmes brûlant des foulards et criant des slogans anti-islamiques.

Le groupe de défense des droits kurdes Hengaw a accusé les autorités d’utiliser des armes lourdes, y compris des “bombardements” de quartier et des “tirs de mitrailleuses”, dans la ville de Sanandaj, au nord-ouest, des affirmations qui n’ont pas pu être confirmées de manière indépendante au milieu des blocages généralisés d’Internet.

Des coups de feu ont également été entendus dans la ville natale d’Amini, Saqqez, a déclaré le groupe basé en Norvège.

Les troubles ont éclaté il y a plus de trois semaines à la suite de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, une Iranienne d’origine kurde décédée après son arrestation par la tristement célèbre police des mœurs de Téhéran, qui impose des règles vestimentaires strictes aux femmes, y compris l’obligation voile.

Les militants disent qu’elle a été battue en garde à vue, tandis que les autorités iraniennes ont publié un rapport médical accusant une condition préexistante.

Les manifestations ont canalisé la colère de certaines femmes iraniennes contre le voile obligatoire, mais ont également vu des slogans criés contre le système islamique créé par le leader révolutionnaire décédé, l’ayatollah Ruhollah Khomeini, après l’éviction du shah en 1979.

Le groupe non gouvernemental Iran Human Rights (IHR), basé à Oslo, a partagé des images d’un sit-in de protestation à l’université du nord de Gilan et de lycéennes de la ville de Mahabad, dans le nord du pays, retirant leur foulard.

Il a également publié une vidéo qui, selon lui, montrait lundi une grande foule d’étudiants devant l’école polytechnique de Téhéran dénonçant “la pauvreté et la corruption” en Iran et criant “mort à cette tyrannie”.

travailleurs en grève

Des images partagées sur les réseaux sociaux, dont le site d’information Iran Wire, montrent des étudiantes de l’université féminine Al-Zahra de Téhéran criant des critiques à l’encontre du régime lors d’une visite du président Ebrahim Raisi samedi.

Des étudiants d’universités telles que Téhéran Azad se sont également peints les mains en rouge pour évoquer la répression des autorités contre les manifestations, ont montré des images.

Les analystes affirment que la nature multiforme des manifestations, allant des marches de rue aux grèves étudiantes en passant par les actions individuelles de défi, a compliqué les tentatives de l’État pour réprimer le mouvement.

Cela pourrait faire des manifestations un défi encore plus grand pour les autorités dirigées par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, 83 ans, que les manifestations de novembre 2019 contre les hausses des prix de l’énergie qui ont été réprimées dans le sang.

Une vidéo virale montrerait une femme tête nue défiant le code vestimentaire, dans une rue de la ville de Kermanshah, au nord-ouest, les bras tendus et offrant des “câlins gratuits” aux passants.

Il y a également eu des signes de troubles sociaux. Des vidéos diffusées par des médias persans hors d’Iran montraient des grévistes en train de brûler des pneus devant l’usine pétrochimique d’Asalouyeh, dans le sud-ouest du pays.

IHR a déclaré que les travailleurs bloquaient les routes là-bas, et il y avait également des rapports de grèves dans les raffineries d’Abadan dans l’ouest de l’Iran et de Kengan dans le sud.

“Chaos et désordre”

Dans un acte de cyber-défiance, le groupe de piratage Edalat-e Ali (Justice d’Ali) avait publié samedi une image lors des principaux journaux télévisés d’État de Khamenei pris pour cible et consumé par les flammes.

La répression des manifestations déclenchée par la mort d’Amini a fait au moins 95 morts, selon le groupe norvégien Iran Human Rights.

90 autres personnes ont été tuées par les forces de sécurité dans la ville de Zahedan, dans l’extrême sud-est de l’Iran, depuis le 30 septembre après des manifestations déclenchées par le viol présumé d’une adolescente par un chef de la police de la province du Sistan-Baloutchistan, a indiqué IHR. , citant Baluch basé au Royaume-Uni. campagne militante.

Les médias d’État ont déclaré que 24 membres des forces de sécurité ont été tués au total, y compris lors des émeutes de Zahedan.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani, a averti lundi que le gouvernement “ne restera pas les mains liées face au chaos et au désordre”.

Des groupes de campagne, dont IHR, ont également signalé des vidéos montrant la brutalité des forces de sécurité, notamment un manifestant sans défense battu par des policiers armés de matraques alors qu’il se cachait dans un bâtiment.

Les militants accusent également les autorités d’une campagne d’arrestations massives et d’interdictions de voyager pour réprimer les manifestations, avec des célébrités prises dans le raid.

Ali Daei, autrefois meilleur buteur international du football masculin, s’est vu confisquer son passeport à son retour à Téhéran de l’étranger après avoir amèrement critiqué la République islamique sur les réseaux sociaux, ont rapporté les médias iraniens.

Daei a déclaré lundi à l’AFP que son passeport lui avait été restitué “au bout de deux ou trois jours”.

(AFP)



Source link