You are currently viewing Le Premier ministre malien Choguel Maiga a été placé en “repos forcé” par un médecin |  informations

Le Premier ministre malien Choguel Maiga a été placé en “repos forcé” par un médecin | informations

  • Post author:
  • Post category:News


Maiga souffre d’épuisement professionnel après avoir travaillé pendant 14 mois sans interruption, selon son bureau.

Le Premier ministre malien Choguel Maiga a été mis au repos forcé par son médecin samedi après des mois d’efforts intenses, a indiqué son bureau.

“Après 14 mois de travail sans relâche, le Premier ministre, chef du gouvernement, Choguel Kokalla Maiga a été mis au repos forcé par son médecin”, a indiqué samedi son bureau sur sa page Facebook.

“Il reprendra ses activités la semaine prochaine, si Dieu le veut”, ajoute le communiqué.

Un conseiller cité par l’agence de presse Reuters a démenti des informations antérieures du magazine parisien Jeune Afrique selon lesquelles Maiga aurait été hospitalisé après avoir subi un accident vasculaire cérébral.

Le gouvernement militaire au pouvoir au Mali a nommé l’ancien chef de l’opposition Premier ministre du gouvernement de transition qu’il dirige en juin dernier, à la suite d’un coup d’État militaire en août 2020.

Maiga a été l’une des voix les plus franches du gouvernement dans des disputes publiques répétées avec des voisins ouest-africains et des partenaires internationaux qui ont critiqué sa coopération militaire avec des mercenaires russes et les retards répétés des élections.

La CEDEAO, principal bloc politique et économique d’Afrique de l’Ouest, a fait pression sur le Mali pour qu’il honore son engagement d’organiser des élections présidentielles et législatives à la suite du coup d’État militaire d’août 2020. La nouvelle direction a promis d’organiser des élections démocratiques en 2024.

Maiga a condamné à plusieurs reprises la France pour son “abandon” du Mali dans son conflit contre les groupes armés dans le pays, qui a été l’épicentre d’une campagne sanglante de 10 ans par des groupes armés dans la région.

Plus tôt samedi, la mission de maintien de la paix de l’ONU au Mali a annoncé lundi qu’elle reprendrait les rotations de troupes pour la mission de près de 12 000 hommes, un mois après que les autorités maliennes les ont suspendues et ont chargé des soldats étrangers d’entrer dans le pays sans autorisation.

Il a déclaré qu’ils reprendraient après des discussions avec des représentants de la mission, connue sous le nom de MINUSMA, sur la manière de coordonner les déploiements de troupes.

Les tensions sont vives entre le Mali et l’ONU depuis que 49 soldats ivoiriens, dont des membres des forces spéciales, ont été arrêtés par les autorités maliennes le mois dernier.

Le Mali a déclaré que les soldats ivoiriens n’avaient pas l’autorisation appropriée pour venir au Mali et les a accusés d’être des mercenaires.

Un porte-parole de la MINUSMA a déclaré samedi à Reuters que la mission et les autorités maliennes s’étaient mises d’accord sur une procédure de rotation simplifiée et que la demande de la mission de reprendre les rotations avait été acceptée.

Les relations entre le Mali et les pays contributeurs de troupes restent tendues. Vendredi, l’Allemagne a annoncé qu’elle suspendrait sa mission de reconnaissance militaire, qui fournit des renseignements à la MINUSMA, après que les autorités maliennes ont refusé l’autorisation de voler.

Le ministre des Affaires étrangères du Mali a nié sur Twitter que le gouvernement l’avait fait et a appelé l’Allemagne à rejoindre le nouveau mécanisme d’approbation des rotations de troupes.

Les puissances occidentales ont critiqué à plusieurs reprises les mercenaires russes travaillant pour le groupe controversé Wagner de Moscou déployé au Mali.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a accusé les mercenaires de piller les ressources du Mali en échange de la protection du gouvernement militaire.

La Russie est perçue par une partie de la population comme un allié plus efficace dans la lutte contre les groupes armés. En février, des milliers de manifestants anti-français brandissant des drapeaux russes et brûlant des figurines en carton du président français Emmanuel Macron sont descendus dans les rues de la capitale Bamako pour célébrer l’expulsion de l’ambassadeur de France.

Les relations entre le Mali et son ancien colonisateur se sont détériorées en janvier lorsque le gouvernement militaire a renoncé à un accord pour organiser des élections en février et a proposé de conserver le pouvoir jusqu’en 2025.

Le gouvernement de transition de Maiga a annoncé qu’il organiserait des élections en 2024.



Source link