You are currently viewing Le Premier ministre français Elisabeth Borne conduit une délégation en Algérie

Le Premier ministre français Elisabeth Borne conduit une délégation en Algérie

  • Post author:
  • Post category:News



Publié le:

La Première ministre française Elisabeth Borne est arrivée dimanche en Algérie avec une délégation de haut niveau pour une visite visant à améliorer les liens avec l’ancienne colonie française et principal exportateur de gaz.

Son voyage de deux jours avec plus d’une douzaine de ministres intervient six semaines seulement après la fin d’une visite de trois jours du président Emmanuel Macron visant à mettre fin à des mois de tensions avec Alger.

Le Premier ministre Aimene Benabderrahmane a accueilli la délégation à l’aéroport principal de la capitale, et les deux ont ensuite présidé une réunion de haut niveau qui a principalement porté sur la coopération économique.

Les ministres français et algériens présents ont signé une dizaine de textes comprenant des “déclarations d’intention” sur l’emploi, la coopération industrielle et le tourisme.

Quelques heures plus tôt, Borne a déposé une gerbe devant un monument aux martyrs de la guerre d’indépendance de huit ans en Algérie et a visité un cimetière pour les citoyens français qui vivaient en Algérie pendant le règne de 132 ans de la France, qui s’est terminé en 1962.

Les liens entre le pays d’Afrique du Nord et son ancien dirigeant colonial avaient connu des mois de tension après que Macron l’année dernière eut remis en question l’existence de l’Algérie en tant que nation avant l’occupation française, accusant le gouvernement de fomenter “la haine de la France”.

Mais lors de sa visite en août, Macron et son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune ont tiré un trait sur la contestation.

Dimanche, les deux hommes se sont entretenus par téléphone et ont confirmé leur “satisfaction quant à l’orientation positive” de leur relation, a indiqué le bureau de Tebboune.

Borne rencontrera le président lundi.

Dans une interview accordée au site d’information Tout sur l’Algérie (TSA), il a indiqué que la visite portera sur “l’éducation, la culture, la transition écologique et l’économie”.

“Une plus grande coopération sera une source de croissance pour nos deux pays”, a déclaré Borne.

Mais les livraisons de gaz naturel vers la France ne sont “pas sur la table”, selon son bureau.

Approvisionnement en gaz de l’Europe

Le sujet litigieux de l’histoire des deux pays, notamment pendant la guerre, ne sera pas prioritaire sur son agenda.

Lors de la visite de Macron, le président avait annoncé la création d’une commission mixte d’historiens chargée d’examiner la période coloniale, y compris la guerre. La France affirme que le panel est toujours en cours de constitution.

Macron a exclu les excuses de l’État pour les actes commis pendant la période coloniale.

Borne et sa cohorte sont les derniers d’une série de hauts responsables européens à se rendre en Algérie, premier exportateur africain de gaz naturel, à la recherche d’alternatives à l’approvisionnement énergétique russe depuis le début de la guerre en Ukraine.

La Sonatrach algérienne a signé en juillet un accord de production de pétrole et de gaz de 4 milliards de dollars avec de grandes entreprises italiennes, françaises et américaines, mais les experts ont mis en doute la capacité de l’Algérie à augmenter sa capacité à court terme.

Dans son entretien avec TSA, Borne a noté que la France n’est pas très dépendante du gaz naturel.

Mais il a indiqué que Paris souhaite développer des projets communs dans le secteur avec l’Algérie “pour augmenter l’efficacité de sa capacité de production de gaz, ce qui augmentera sa capacité d’exportation vers l’Europe”.

Le commissaire européen à l’énergie Kadri Simson est également attendu à Alger lundi et mardi.

(AFP)



Source link