You are currently viewing La Turquie reproche aux États-Unis d’avoir “intimidé” leur propre allié — RT Mundo

La Turquie reproche aux États-Unis d’avoir “intimidé” leur propre allié — RT Mundo

  • Post author:
  • Post category:News


Au lieu de menacer les Saoudiens sur les prix du pétrole, les États-Unis devraient lever les sanctions contre l’Iran et le Venezuela, a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Les États-Unis devraient cesser de menacer l’Arabie saoudite à propos des prix élevés du pétrole et trouver d’autres moyens de résoudre le problème, a déclaré vendredi le ministre turc des Affaires étrangères.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont Riyad est un leader de facto, a accepté de réduire la production de pétrole début octobre, provoquant la colère de Washington, qui avait à plusieurs reprises exhorté le groupe à augmenter sa production.

« L’intimidation contre l’Arabie saoudite est inappropriée. Nous traversons des défis similaires en matière de prix de l’énergie, mais nous ne menaçons personne. dit Mevlut Cavusoglu.

S’exprimant dans la ville de Mersin, au sud de la Turquie, Cavusoglu a déclaré qu’il était acceptable que les États-Unis critiquent l’OPEP+, un groupement de grands producteurs de pétrole, dont la Russie et l’Arabie saoudite, pour avoir réduit la production, mais a averti Washington que menacer Riyad est “ce n’est pas bien”.

Le ministre a laissé entendre que la flambée des prix du pétrole, qui est une préoccupation majeure pour les États-Unis, découle des propres politiques de Washington.

« Vous ne pouvez pas résoudre ce problème simplement en menaçant un pays. Il devrait permettre aux producteurs de pétrole de reprendre la production”, a-t-il ajouté. a-t-il noté, faisant référence aux embargos que Washington a imposés à l’Iran et au Venezuela.


Un

Cavusoglu a exhorté les États-Unis à “supprimer ces sanctions”argumentant: “Si vous voulez que les prix du pétrole baissent, supprimez les embargos sur les pays qui offriront leurs produits sur le marché.”

Plus tôt ce mois-ci, l’OPEP+ a accepté de réduire la production de pétrole de deux millions de barils par jour, défiant les appels des États-Unis à en pomper davantage, dans le but de faire baisser les prix. Suite à l’annonce, Karine Jean-Pierre, attachée de presse du président américain Joe Biden, a déclaré que les Saoudiens « s’alignant certainement sur la Russie.

L’Arabie saoudite insiste sur le fait que la décision a été “fondé sur des considérations purement économiques qui tiennent compte du maintien de l’équilibre entre l’offre et la demande sur les marchés pétroliers”. Le ministre de la Défense du royaume a déclaré que lui et d’autres hauts responsables étaient “étonné” suite aux accusations selon lesquelles Riyad s’est rangé du côté de la Russie.

Suite à la panne de pétrole, le sénateur démocrate américain Bob Menendez, qui préside la commission des relations étrangères, a même exigé que les États-Unis. “geler tous les aspects” de sa coopération avec l’Arabie saoudite, d’autres responsables américains exprimant une opinion similaire.

Le conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, a confirmé dimanche que le président Biden agirait “méthodiquement” réévaluer les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite. L’administration menace de “réévaluer” l’association depuis l’annonce de la baisse de prix. Cependant, bien que le président ait prévenu qu’il y aurait “quelques conséquences” pour les Saoudiens, aucune mesure spécifique n’a été rendue publique.



Source link