You are currently viewing La Nouvelle-Zélande ordonne de réduire le jargon – RT Mundo

La Nouvelle-Zélande ordonne de réduire le jargon – RT Mundo

  • Post author:
  • Post category:News


Un projet de loi sur le langage clair nommera des «agents en langage clair» pour le discours des politiciens de la police pour sesquipedalism

Les représentants du gouvernement néo-zélandais seront tenus de réduire le jargon et “mots compliqués en anglais» dans leurs messages destinés au public, dans le cadre du projet de loi sur le langage clair adopté par le Parlement mercredi. Elle nécessite la sanction royale pour entrer en vigueur.

La législation définit le langage simple comme «clair, concis et bien organisé“langue qui est”adapté au public cible.” Toutes les agences déclarantes seront tenues de désigner “agents en langage clair» chargé d’assurer la conformité et l’interface avec le public. Ce discours, la police informera le commissaire aux services publics dans les six mois suivant l’entrée en vigueur de la loi de ses conclusions et fournira des rapports annuels de conformité.

La mesure vise à créer unune démocratie plus inclusive” veiller à ce que ceux qui parlent l’anglais comme langue seconde, qui sont légèrement alphabétisés ou qui ont des handicaps puissent participer au gouvernement. Soutenu par les partis travailliste, vert et maori, il a été combattu par les partis national et ACT, et est décrit par le député Simeon Brown comme «une solution à la recherche d’un problème.La législation créera de la bureaucratie en ajoutant une couche inutile de fonctionnaires à un moment où l’État emploie un nombre record de personnes, ont déclaré les critiques, se plaignant du manque de protocoles d’application et arguant qu’une loi ne devrait pas être nécessaire pour motiver les fonctionnaires . parler clairement.

LIRE LA SUITE:
Des manifestants encerclent le Parlement néo-zélandais

Cependant, les avantages semblent l’emporter sur les risques pour la plupart des députés néo-zélandais. “Les personnes vivant en Nouvelle-Zélande ont le droit de comprendre ce que le gouvernement leur demande de faire et quels sont leurs droits.», a déclaré la députée travailliste Rachel Boyack lors d’un débat sur le sujet.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



Source link