You are currently viewing La junte tchadienne reporte les élections de deux ans et permet au chef par intérim Déby de rester au pouvoir

La junte tchadienne reporte les élections de deux ans et permet au chef par intérim Déby de rester au pouvoir

  • Post author:
  • Post category:News



Publié le: Modifié:

Le Tchad a adopté des résolutions retardant les élections démocratiques de deux ans et permettant au chef intérimaire Mahamat Idriss Deby de rester au pouvoir et d’être éligible à la présidence lors du vote éventuel.

Les décisions ont consterné certaines forces d’opposition et défient les avertissements répétés de l’Union africaine, des États-Unis et d’autres puissances étrangères selon lesquels la junte ne devrait pas monopoliser le pouvoir en prolongeant la transition ou en présentant des candidats à la présidentielle.

Les autorités militaires avaient initialement promis une transition de 18 mois aux élections lorsque Deby a pris le pouvoir en avril 2021 après que son père, le président Idriss Deby, a été tué sur le champ de bataille lors d’un conflit avec des insurgés.

Dans le cadre du nouveau plan, approuvé samedi, la transition qui devait se terminer en octobre a été prolongée de deux ans, ce qui signifie que les élections auraient lieu vers octobre 2024.

Cela permet également à Deby de rester au pouvoir jusqu’au vote, même si son Conseil militaire de transition sera dissous et remplacé par un gouvernement de transition nommé par Deby.

Le Mali, le Burkina Faso et la Guinée ont également subi des coups d’État depuis 2020, faisant craindre un retour au régime militaire dans une région qui avait fait des progrès démocratiques au cours de la dernière décennie.

Déchiré par les conflits et la sécheresse, le Tchad est l’un des pays les plus pauvres du monde et connaît également certains des taux de faim les plus élevés. Environ 2 millions de personnes sont confrontées à de graves pénuries alimentaires cette année, selon le Programme alimentaire mondial.

Le chef de l’opposition, Brice Mbaimong Guedmabaye, a déclaré que les résolutions avaient été imposées lors des pourparlers nationaux en cours que la junte avait promis d’être un forum inclusif pour négocier un retour à la démocratie.

“Il y a des groupes de pression qui font tout leur possible pour maintenir la junte au pouvoir contre la volonté du peuple”, a déclaré Guedmabaye, président du Mouvement des patriotes tchadiens pour la République.

Le dialogue national a été présenté comme une voie vers un consensus politique entre les autorités, l’opposition politique, les représentants de la société civile et les groupes rebelles, mais il a été boycotté par beaucoup, y compris le groupe d’insurgés le plus puissant, le Front pour le changement et la Concorde en Tchad (FACT) qui a menacé de marcher sur la capitale l’année dernière.

Certains participants aux pourparlers s’inquiètent d’une réaction internationale probable qui pourrait isoler le Tchad et entraver le développement économique de ce pays producteur de pétrole, où quelque 42 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale.

“Nous craignons des sanctions de l’Union africaine et de la communauté internationale, qui ne feront qu’aggraver les souffrances du peuple tchadien”, a déclaré Daouda Elhadj, qui participe aux pourparlers à la tête d’une organisation de protection des consommateurs.

(Reuters)



Source link