You are currently viewing Des défenseurs des droits humains des anciens États soviétiques reçoivent le prix Nobel de la paix — RT Mundo

Des défenseurs des droits humains des anciens États soviétiques reçoivent le prix Nobel de la paix — RT Mundo

  • Post author:
  • Post category:News


Parmi les bénéficiaires figurent Memorial, une ONG interdite en Russie, ainsi qu’un militant biélorusse et un groupe ukrainien.

Un défenseur des droits humains de Biélorussie et deux groupes de défense des libertés civiles de Russie et d’Ukraine ont reçu le prix Nobel de la paix 2022, a annoncé vendredi le Comité Nobel norvégien.

Les lauréats”promeut depuis de nombreuses années le droit de critiquer le pouvoir et de protéger les droits fondamentaux des citoyens,” et a “fait un effort important pour documenter les crimes de guerre, les violations des droits de l’homme et les abus de pouvoir», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le prix a été décerné au militant biélorusse vétéran Ales Bialiatski, au Memorial Group, qui a été fermé par la Russie l’année dernière, et au Centre ukrainien pour les libertés civiles.

Bialiatski est le fondateur du groupe de défense des droits Viasna (Spring) et un critique virulent du président biélorusse Alexandre Loukachenko. Il a également reproché à la Russie d’avoir soutenu le dirigeant biélorusse lors de la manifestation de masse du pays en 2020, qui a commencé après la réélection de Loukachenko lors de ce que l’opposition a qualifié de fausse élection. Cette année-là, la Suède a décerné à l’activiste le Right Livelihood Award, présenté comme une alternative au prix Nobel de la paix.


Mémorial des interdictions du tribunal russe

Les forces de l’ordre biélorusses ont arrêté Bialiatski en 2021 sur des allégations d’évasion fiscale et l’ont depuis maintenu en détention provisoire. Ses partisans considèrent l’homme de 60 ans comme un prisonnier d’opinion.

Memorial était l’un des plus anciens groupes de défense des droits de l’homme de la Russie moderne, créé à l’origine en 1989 pour préserver la mémoire des victimes des purges de Staline. Au fil des ans, l’ONG a été perçue comme s’engageant de plus en plus dans un activisme politique contraire à la loi russe.

En 2016, il a été désigné agent étranger car Moscou l’a accusé d’avoir prélevé de l’argent de sources étrangères tout en se livrant à des activités politiques nationales. L’année dernière, un tribunal lui a interdit d’opérer en Russie, citant les violations répétées par le groupe des règles applicables aux agents étrangers. Memorial et ses partisans ont affirmé que le groupe avait été victime de persécutions politiques.

Le Centre pour les libertés civiles en Ukraine est opérationnel depuis 2007. Parmi ses initiatives récentes, il y avait un appel à juger le président russe Vladimir Poutine pour prétendument «crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.




Le Comité Nobel norvégien a déclaré vouloir honorer «trois défenseurs exceptionnels des droits de l’homme, de la démocratie et de la coexistence pacifique dans les pays voisins, la Biélorussie, la Russie et l’Ukraine.” Les trois lauréats ont promu le rêve d’Alfred Nobel d’une paix durable entre les nations, a déclaré l’organisme.

L’année dernière, le prix a été décerné à l’auteur d’investigation philippino-américaine Maria Ressa et au journaliste russe Dmitry Muratov. Ce dernier dirige un grand journal d’opposition russe depuis le début des années 1990.

Le président ukrainien Vladimir Zelenksy faisait partie des personnes et des organisations nominées pour le prix Nobel de la paix cette année. Ils comprenaient également Alexey Navalny, une figure de l’opposition russe purgeant actuellement une peine de prison, et Svetlana Tikhanovskaya, une politicienne biélorusse et candidate à la présidence, qui prétend avoir remporté les élections du pays en 2020. Tous les trois étaient considérés comme les favoris pour le prix.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



Source link