You are currently viewing Bolsonaro et Lula échangent des barbes lors d’un débat final énergique avant les élections au Brésil

Bolsonaro et Lula échangent des barbes lors d’un débat final énergique avant les élections au Brésil

  • Post author:
  • Post category:News


Publié le:

Le président sortant d’extrême droite Jair Bolsonaro et le candidat de gauche Luiz Inacio Lula da Silva ont échangé jeudi de vives attaques lors d’un débat final à trois jours de l’élection présidentielle brésilienne, s’accusant mutuellement de corruption, de népotisme et de mensonge.

À la traîne dans les sondages avant le vote polarisé de dimanche, Bolsonaro n’a pas perdu de temps pour la jugulaire, qualifiant Lula de “menteur, ex-détenu et traître”.

Cherchant à porter un coup de grâce et à remporter l’élection au premier tour, Lula, l’ancien président charismatique mais terni qui a dirigé le Brésil de 2003 à 2010, a répondu en nature.

“C’est moche que le président de la république mente tout le temps de façon flagrante… C’est pour ça que les gens vont vous envoyer faire vos valises”, a lancé l’ancien métallurgiste avec sa voix grave caractéristique.

Il a dit à Bolsonaro de “se regarder dans le miroir” s’il voulait voir la corruption, citant des allégations de corruption contre le fils du président, le sénateur Flavio, et l’ancien ministre de l’Éducation, accusé d’avoir exigé des pots-de-vin pour des églises évangéliques influentes.

>> Longue lecture : Lula contre Bolsonaro

Le modérateur, le journaliste William Bonner, a réprimandé les deux candidats pour avoir bafoué les règles de base et a eu du mal dans un débat houleux et indiscipliné qui a également comporté cinq autres candidats loin derrière dans les sondages.

Les vérificateurs des faits de l’AFP ont identifié de nombreuses faussetés dans les déclarations des candidats, comme lorsque Bolsonaro a tenté de se défendre contre des accusations de retard dans l’achat de vaccins contre le covid-19.

“Aucun pays au monde n’a acheté de vaccins en 2020”, a-t-il déclaré.

En réalité, des millions de doses de vaccins Covid-19 ont été administrées dans le monde cette année-là.

Plus tôt jeudi, un sondage de l’institut Datafolha a montré que Lula détenait une avance de 14 points sur Bolsonaro, 48% contre 34%.

Si l’on exclut les électeurs qui ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter en blanc ou nul, le soutien de Lula a atteint 50 %.

Cela l’a placé en tête du score nécessaire pour gagner et éviter un second tour le 30 octobre : 50 % des votes valides, plus un.

Bolsonaro, qui aime à dire que les seuls sondages fiables sont “dans la rue”, où le titulaire de 67 ans rassemble régulièrement en masse ses partisans inconditionnels, compte sur sa base évangélique et axée sur les affaires pour le faire passer.

Les chrétiens évangéliques représentent environ 30% des 213 millions d'habitants du Brésil et sont considérés comme un groupe démographique clé alors que le pays se rend aux urnes pour les élections présidentielles du 2 octobre.
Les chrétiens évangéliques représentent environ 30% des 213 millions d’habitants du Brésil et sont considérés comme un groupe démographique clé alors que le pays se rend aux urnes pour les élections présidentielles du 2 octobre. © Capture d’écran FRANCE 24

Lula, qui a présidé à un boom économique et a quitté ses fonctions avec un taux d’approbation sans précédent de 87 %, fait quant à lui appel aux électeurs pauvres, minoritaires et anti-Bolsonaro.

L’homme de 76 ans cherche un retour politique notable quatre ans seulement après avoir été emprisonné pour des condamnations controversées pour corruption résultant d’un scandale massif centré sur le géant pétrolier d’État Petrobras.

Libéré dans l’attente d’un appel en 2019 après 18 mois derrière les barreaux, Lula a retrouvé son éligibilité à se présenter aux élections lorsque la Cour suprême a annulé ses condamnations l’année dernière et a jugé le juge principal dans l’affaire partial.

“Vous pouvez changer l’image”

Le débat nocturne sur TV Globo, la chaîne de télévision la plus regardée au Brésil, était la dernière chance pour les candidats de convaincre les électeurs indécis.

Le camp de Bolsonaro avait dit qu’il sortirait vainqueur, attaquant Lula sur la question de la corruption et insistant sur ses valeurs conservatrices sur les questions de religion et d’avortement.

“C’est le débat qui peut changer le paysage”, a déclaré à l’AFP un membre de la campagne de Bolsonaro sous couvert d’anonymat.

Après le premier débat, il y a un mois, Lula a été critiqué pour avoir apparemment évité la question de la corruption. Il a choisi de ne pas participer à un autre débat, samedi dernier.

Lula a exhorté les Brésiliens fidèles à l’un des candidats minoritaires à voter “tactiquement” pour lui et contre Bolsonaro.


Le président sortant a reçu un coup de pouce de célébrité jeudi pour sa candidature à la réélection de la superstar du football Neymar, qui a publié une vidéo TikTok de lui-même dansant sur une chanson de campagne pro-Bolsonaro.

Souriant, l’attaquant du Paris Saint-Germain et du Brésil, sans doute la célébrité la plus célèbre du Brésil, a lancé le numéro 22, le numéro de candidat de Bolsonaro, alors qu’il dansait sur le jingle de danse électronique.

La campagne électorale diffusée au Brésil se termine jeudi à minuit, bien que les événements en face à face et la distribution de matériel électoral soient autorisés jusqu’à samedi soir.

Datafolha publiera un autre sondage final samedi, la veille du premier tour.

Bolsonaro a laissé entendre à plusieurs reprises qu’il contesterait une victoire de Lula, déclarant le week-end dernier : “Nous sommes la majorité. Nous gagnerons au premier tour.”

(AFP)



Source link